Ethel Reed (1874-1912)

Née en 1874, Ethel est la première Américaine à accéder à une renommée internationale en arts graphiques, en particulier comme affichiste.

Elle se retrouve sans son père à l’adolescence et doit travailler très jeune pour faire vivre sa mère. Elle entre à la Cowles Art School de Boston en 1890, l’un des plus importants établissements d’enseignement artistique de la ville.

Dès 1894, ses travaux sont remarqués et publiés par The Boston Herald, The Boston Illustrated, ou The Boston Daily Globe. Elle est embauchée par l’éditeur Lamson Wolffe and Co. installé entre Boston et New York. Inspirée par l’Arts & Crafts qui essaimait depuis Londres, puis par Chicago et Boston, elle compose des affiches, des couvertures de livre et des illustrations.

Sa suite de gravures pour In Childhood’s Country de Louise Chandler Moulton (coll. « The Yellow Hair », Copeland & Day, Boston, 1896) fait partie de ses plus belles réalisations.

Au printemps 1896, après la rupture de ses fiançailles avec Philip Hale, un peintre bostonien en vue, elle se rend en Europe avec sa mère. Elle travaille quelques temps à Londres pour le Yellow Book, The Sketch et le magazine satirique The Punch. Elle revient sans doute vivre à Boston puisqu’elle fournit ensuite des illustrations à l’éditeur Copeland and Day, puis à différents journaux comme The New Illustrated Magazine en 1900, mais rien n’est sûr : son biographe, le critique William S. Peterson a mené une enquête très fournie en 2013 pour essayer de retracer le parcours fulgurant de cette artiste. D’après lui, ce qui lui est arrivé à partir du début du 20e siècle reste une énigme irrésolue.
Souffrant d’alcoolisme, elle meurt en 1912 dans son sommeil.

M.H

Partager :