Raymonde Pouzieux (1929-2011)

Mme Pouzieux, célèbre pour avoir été la tisserande des cordons de tweed des vestes Chanel de 1947 à 2011, fut aussi la dernière passementière d’art indépendante en France.

Rendu célèbre dans les années 50 par Coco Chanel, le tailleur jupe connait ses premiers grands succès dans sa version tweed bordée de galons aux couleurs contrastées. Ce ruban finement tissé devient alors un classique iconique signé Chanel, et souvent copié.
Diplômée du Conservatoire des Arts et Métiers de Paris, c’est en 1963 que Raymonde reprend l’entreprise familiale créée en 1872. Elle construit son premier métier à tisser avec l’aide de son frère, et élabore ses propres techniques avec une virtuosité et une inventivité remarquables.

Elle confectionne les galons des vestes Chanel dans sa ferme, près de Montargis, quand elle ne s’occupe pas de ses chevaux. Dans son atelier de passementerie, situé au dessus de ses écuries, elle travaille les fils de laine, de coton ou des matières plus nobles comme l’or, l’argent ou encore la soie. Plus de douze métiers à tisser, de tous les styles et de tous les âges côtoient les coupons de tissus, pelotes de laine, bobines de fils ou encore boutons. Libre et inventive, chaque galon et cordon qu’elle crée est une pièce unique comme une œuvre d’art.

Le mystère du galon reste entier pendant des décennies, pourtant Chanel essaie d’envoyer des apprentis chez elle, mais aucun ne réussi à percer sa précieuse technique. Heureusement, dès 1985 Karl Lagerfeld est le premier a prendre conscience de la nécessité de sauver les maisons d’artisanat d’art, alors en voie de disparition. Bruno Pavlovsky, PDG de Chanel, les a réunies sous une même entité, avec un mini-département « galon » où travaillent des salariés que Mme Pouzieux a enfin accepté de former. Ensuite, douze maisons d’art les ont rejointes. Passementière d’art au savoir-faire unique, elle a travaillé aussi pour d’autres grandes maisons comme Yves Saint-Laurent, Dior, Lapidus et Christian Lacroix.

M.H

Partager :